Sarah et le cri de la langouste

de John Murrell

les jeudi 03 et vendredi 04 février 2011 à l’Espace Gérard Philippe de Saint-André les Vergers

Sarah Bernhardt, au soir de sa vie, veut revivre son histoire d’amour avec le public, son histoire de haine avec sa mère, rejoue son propre personnage comme un immense rôle, sa vie comme un chef-d’œuvre de théâtre. Seul témoin de cette offrande: Pitou, son secrétaire, enrôlé de force dans cette ultime représentation, partenaire récalcitrant, esclave consentant, fasciné par la cruelle autorité de cette femme sachant qu’il a l’incroyable privilège d’être son dernier public, son dernier miroir, sa mémoire.

Évidences du choix

La beauté de cette pièce tient à l’impression si particulière d’assister à un moment rare: le crépuscule flamboyant d’une des plus grandes artistes de la scène et la mise à nu d’une femme d’exception qui a marqué son époque. Avec Sarah et le cri de la langouste, c’est le processus de la créativité théâtrale et du travail de la mémoire qui nous est offert. À la recherche de son passé, la tragédienne confond le temps de sa vie et celui du théâtre. Ses souvenirs deviennent des personnages qu’elle met en scène en distribuant les rôles à son secrétaire. Sarah dominante et Pitou dominé sont égaux dans ce lien, égaux dans la volonté d’aimer jusqu’au bout chaque étincelle de ce partage. Ce chant du cygne apparaît comme un hymne : à la vie, à la passion de la scène et à l’amour du public. Christian Brendel.

John Murrell

Canadien, de renommée internationale, ses œuvres ont été traduites dans une quinzaine de langues et jouées dans plus d’une trentaine de pays. C’est en 1974 qu’il écrit Memoir (Sarah et le cri de la langouste). Il reçoit plusieurs prix: le Prix Chalmers (Father & The Faraway Nearby), le Prix Canadian Author’s (West Democracy), le Prix Fringe (Death in New Orleans)… Il a traduit en anglais Tchékhov, Ibsen, Sophocle, Rostand et plusieurs pièces de l’auteur québécoise Carole Fréchette. John Murrell a reçu aussi plusieurs décorations.

BAFDUSKA THÉÂTRE naît en 1989 à Paris et s’installe en Champagne-Ardenne, à Troyes, en 2006. Le Canada occupe une place privilégiée au sein de sa programmation : « Tu m’aimestu? Scènes de couple au Québec », une créadaptation de Benoit Gautier (Présentée au Centre culturel Didier Bienaimé en 2008), deux spectacles de Larry Tremblay, un auteur québécois: « Leçon d’anatomie » avec Micky Sebastian & « Le déclic du destin+Le problème avec moi » avec Sylvain Savard (programmation prévue en 2011 au Théâtre de l’Opprimé, à Paris).

Contact Compagnie : Marie Brendel 06 14 20 14 80

Retrouvez l’actualité de BAFDUSKA THÉÂTRE sur www.sylvainsavard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *