Un 11e Arrivage livré dès ce soir rue Larivey !

Sept nouveaux artistes sont à découvrir dès ce soir rue Larivey. C’est le 11e Arrivage que propose la galerie associative de la rue Larivey

À PARTIR DE JEUDI 25 FEVRIER – L’arrivage accueille ce soir sa 11e exposition depuis sa création. Selon le principe établi par la salle d’exposition associative, vous aurez sept semaines pour découvrir sept artistes…
Des artistes du cru (Hervé Chinon, André Szulc et Béatrice Witdouck), d’autres venus en voisins (Kej et Michel Rajkovic de Paris), et certains de bien plus loin comme Hervé Alagiraude, tout droit débarqué de son Jura, ou Bernadette Nel, d’Amance, en Meurthe-et-Moselle.
Premier constat, l’accumulation de patronymes aux accents slaves n’est qu’un hasard, confirme Olivier Roth, cofondateur du site. Le comité de sélection s’est fondé sur la qualité des artistes et une programmation pour le moins chargée : une cinquantaine d’artistes sont d’ores et déjà sélectionnés pour les Arrivages de l’année qui vient ! Du reste, la galerie associative refuse de vivre sur ses acquis et saisit toutes les opportunités d’initiatives nouvelles.
Dès ce printemps, premier « marché des quatre saisons ». Un marché de l’art qui se tiendra le dimanche 23 mai sous la verrière des halles. Chaque saison déclinera le sien. L’arrivage sera également présent à la prochaine Route du champagne en fête, invité de Vincent Grandpierre, vigneron et peintre installé à Viviers-sur-Artaut. Il a participé au 4e Arrivage, il met maintenant sa cave à la disposition du collectif d’artistes pour les deux jours de fête. La galerie

associative est en phase de création d’une « artothèque ». Destinée dans un premier aux professions libérales, elle permettra d’exposer des artistes aux murs des cabinets médicaux et salles d’attente. La demande émane de médecins et l’association dispose d’un catalogue de plus d’une centaine d’artistes dont la moitié de l’Aube…
Outre ces sept nouveaux créateurs, le vernissage de ce soir offre pour la première fois un concert, proposé par le collectif Alzaia (Xavier Benazet, François Choiselat et Teddy Moire). Histoire de « jeter des ponts entre les disciplines artistiques » et de mettre des notes sur l’apéritif offert par Claude Amiot et le Mix’Cité.

– 11e Arrivage, à l’Arrivage, 6 rue Larivey à Troyes, du 25 février au 11 avril, avec Hervé Alagiraude (peintre), Éric Chinon (sculpteur), Kej (peinture), Bernadette Nel (peinture), Michel Rajkovic (photo), André Szulc (peinture) et Béatrice Witdouck (sculpture).
– Horaires : mardi, 14 h à 18 h 30. Du jeudi au samedi, de 14 h à 18 h 30. Dimanche, de 10 h à 13 h.
– Rens : 06 48 91 56 74
ou www.larrivage.fr

Vernissage : ce soir, jeudi 25 février, de 18 h 30 à 21 h.
Concert : l’exposition sera lancée ce soir par un concert du collectif Alzaia, guitare, vibraphone et basse.
Auteur : J.-M. VAN HOUTTE
Article paru dans l’Est-Eclair le : 25 février 2010

Sept nouveaux artistes dans les murs

Présenté au public jeudi soir, le 11e Arrivage propose jusqu’au 11 avril de découvrir les œuvres de quatre artistes non Aubois et de trois « départementaux ». Quatre peintres plasticiens, deux sculpteurs et un photographe, de la couleur, du noir et blanc, du volume, bref, comme à chaque Arrivage, créativité, éclectisme et qualité sont au rendez-vous.
Sensibilités contrastées
Hervé Alagiraude, installé en Franche-Comté, compose des toiles abstraites à la géométrie orthogonale et joue sur les transparences et profondeurs pour laisser affleurer signes et écrits.
Les œuvres de Bernadette Nel, artiste qui a exposé avec de grands noms (Pignon, Zao Wou Ki, Klasen, Erro…) et décédée il y a quatre ans, touchent à l’art brut et aux arts premiers. Un monde insolite où se mêlent humanité, animalité, végétalité et minéralité. L’univers figuratif du parisien Kej traite de la difformité et de la mutilation des corps, quand les huiles du Troyen André Szulc exhalent l’émotion de l’expressionisme.

Oppositions de styles

Entre les deux sculpteurs, entre les corps qui fusionnent avec la terre, de la Troyenne Béatrice Witdouck, et l’improbable bestiaire

métallique, léger et aérien, d’Eric Chinon, de Clérey. Enfin, à travers ses photographies à l’esthétisme épuré, le parisien Michel Rajkovic ouvre une porte sur un autre monde.
Un monde noir et blanc, onirique, calme et contemplatif, d’où se dégagent force, intemporalité et poésie.
Auteur : É.M.
Article paru dans l’Est Eclair le : 1 mars 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *