L’Est Eclair Jeudi 26 février 2009

SORTIR / Les œuvres du 5ème Arrivage dévoilées ce soir

À PARTIR DE CE SOIR – Trois peintres, deux sculpteurs, un plasticien et un photographe, de la couleur, du volume, de la matière : avant-goût du 5e Arrivage qui débute ce soir à la galerie. Comme à chaque exposition, le comité de sélection de l’Arrivage a associé jeunesse et expérience, approche esthétique et démarche conceptuelle, talents d’ici et d’ailleurs… Spécialistes et curieux pourront ainsi apprécier des sculptures de Maurice Legendre. Dessins ou pierres sculptées, ses créations dégagent la légèreté naturelle d’une harmonie de l’équilibre. Artiste du cru également, Mar/c €ething, plasticien, présente ses « Pièges à souris » où l’on se laissera prendre par ses mots, toujours au centre de l’œuvre. Michel Favre, peintre et enseignant en art plastique à Troyes, décline actuellement son thème de prédilection, le corps féminin, dans un style qui rappelle l’époque du cubisme de Braque, Gris ou Bocionni et celle des collages de Jacques Villeglé.

Talents d’ici et d’ailleurs
Installé dans la région centre, le peintre François Pagé présente quelques-uns de ses « Jardins », portes ouvertes sur un univers coloré de personnages imaginaires semi abstraits et aériens. Autre peintre, venu du Doubs, Gérard Doutreleau jette la couleur, source d’émotions, sur des toiles grands formats. Il associe différentes sortes de peintures, papiers, chiffons, sable, suie, cendres, et sans commentaire, parce que « tout le monde ne voit pas la même chose. » Photographe originaire du Territoire de Belfort, Christophe Bohême joue avec les reflets, les teintes, les formes et la matière qui accrochent son regard, et crée des images qui semblent venir d’un autre monde. Enfin, Denis Perez, sculpteur francomtois, fait surgir des silhouettes presque humaines d’une matière terreuse, du bronze, de la résine, ou des pliures et craquelures de textiles empesés. EM

– 5e Arrivage – Jusqu’au 12 avril.
Vernissage ce soir à partir de 18 h. Horaires : mercredi de 15 h à 18 h Du jeudi au samedi de 14 h à 18h. Dimanche de 10 h à 13 h, 6 rue Larivey à Troyes. Entrée libre
Renseignements : info@larrivage.fr/www.larrivage.fr

L’est Eclair Lundi 16 mars 2009

SORTIR / Legendre et Perez, puissance et harmonie
Élève du sculpteur minimaliste Robert Couturier, condisciple de Jean-Pierre Demarchi à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Maurice Legendre fut un des premiers créateurs pour la grande cristallerie de Daum. Et l’artiste manie le crayon avec autant de profondeur qu’il travaille la pierre. « De frontalité massive, l’œuvre de Maurice Legendre, lourde d’épaisseur terrestre, est charnelle et minérale. Son art unit le corps et l’abîme, la matière et le ciel », décrypte Christian Noorbergen. De nombreux grands musées et collections particulières de par le monde possèdent une ou plusieurs de ses œuvres. Pâtes de verre, dessins ou pierres sculptées portent l’intemporalité d’immuables repères et dégagent la légèreté naturelle d’une harmonie de l’équilibre. Denis Perez, sculpteur franc-comtois, fait surgir des silhouettes presque humaines d’une matière terreuse, du bronze, de la résine, ou des pliures et craquelures de textiles empesés. À mi-chemin entre abstraction et figuration libre, ses créations reflètent une ambiance, un ressenti, et dévoilent un processus, un espace « incertain », une confrontation. « D’une première esquisse, je recueille des impressions fugitives », explique-t-il. L’œuvre se nourrit et s’organise dans cette alchimie intérieure. Des formes élaborées dans l’argile, qui se déploient, fragments d’un lieu improbable, œuvres des forces primitives. Du chaos, le dynamisme des formes structure l’espace en d’esthétiques compositions. Jusqu’au 12 avril, leurs créations sont à voir à l’Arrivage. E.M.

Exposition à L’Arrivage – 6, rue Larivey à Troyes
Mercredi, de 15 h à 19 h
Samedi, de 14 h à 19 h
Dimanche, de 10 h à 13 h
www.larrivage.fr
– Entrée libre

Les jardins de Pagé et les femmes de Favre

Installé dans la région tourangelle, François Pagé, peintre diplômé en expression plastique, expose ses toiles éclatantes de couleurs depuis les années 1980. Ses « Jardins » sont des portes ouvertes sur un univers coloré de personnages imaginaires. Transparences, lignes, empâtements et surfaces colorées structurent des compositions où le centre, toujours clair, illumine l’ensemble. On y devine silhouettes, figures et autres objets, formant de grandes toiles qu’il appelle ses « Jardins ».
Des jardins que l’artiste personnalise en leur associant un prénom, presque toujours féminin. Corelie, Dajemila, Clarelle et autres Dabiah participent à la poésie et à la part de rêve qui se dégagent de l’œuvre.
Nicolas Favre s’intéresse au corps féminin
Après un cursus qui l’a fait passer d’une école d’arts appliqués aux Beaux-Arts de Bourges, Nicolas Favre, résident à Auxon, est aujourd’hui enseignant en arts plastiques et plasticien indépendant.
Dans un style qui rappelle l’époque du cubisme de Braque, Gris ou Bocionni et celle des collages de Jacques Villeglé, il décline sur de grandes toiles son thème de prédilection, le corps féminin. Des corps que l’artiste, usant de techniques mixtes, découpe, multiplie, décale et met en perspective. « Je photocopie et re-photocopie l’image encore et encore, la réduisant et l’agrandissant, je tue l’image par l’image, » explique-t-il. « Dégager l’invisible du visible, en matérialisant l’âme, tel est le dessein de mon travail plastique ».
E.M.

Pratique
5e Arrivage, jusqu’au 12 avril à l’Arrivage, 6 rue Larivey, à Troyes – Entrée libre – info@larrivage.fr/www.larrivage.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *