Top départ et nouveautés pour la saison 2

Après un an d’existence, le collectif d’artistes l’Arrivage repart pour une deuxième saison. Sept artistes ont ainsi été présentés vendredi soir lors du vernissage

L’Arrivage, c’est d’abord un collectif d’artistes et d’amoureux de l’art aux destinées duquel préside Patrick Guérin. C’est aussi un espace d’exposition associatif dans lequel habitude a été prise de recevoir, sept fois par an, sept artiste pendant sept semaines. Un chiffre qui doit porter bonheur puisqu’un an après son ouverture, l’Arrivage vit son 8e arrivage d’artistes !
À en croire l’affluence au vernissage, vendredi soir, la saison 2 démarre dans l’allégresse. Parmi les nouveautés annoncées, l’ouverture d’ateliers de linogravure, illustration, mosaïque, art et art-thérapie, écriture, soirées littéraires, conférences… Et les arts de la scène figurent toujours en bonne position. Qu’on se le dise.
Sept artistes sont là, qui proposent un aperçu intéressant de leurs récentes créations. Simone Francq, Troyenne de toujours, et ses émouvants rêves de sérénité en camaïeu de gris. Marie-France Hurbault, venue du Loiret avec des vergers enrubannés de lianes « alignements, ordre et désordre, paysages naturel et artificiel ». Il y a aussi Laurence Simode Franzon, une Dryate qui cuit à 1 190° des minuscules briques de terre, érigées en demoiselles bien sympathiques ou en totems, sur lesquels elle colle par centaines

des petites dames de terre. « Je travaille pour donner une émotion primitive. Les différentes couleurs de la terre m’aident à mieux exprimer mon ressenti ».
Du côté des hommes, le Troyen Frédéric Garnier, ici peintre, invite le regardeur dans ses pensées les plus abstraites. Jacob Diboum le bien connu éclaire le lieu de ses personnages hauts en couleur, mêlés d’art traditionnel africain et d’art du cœur.
Les photos d’Éric Martin, Troyen aujourd’hui installé dans les Hauts-de-Seine, racontent tout de son attrait pour l’esthétisme féminin accessoirisé juste ce qu’il faut. Et enfin Daniel Faivre, un Parisien qui donne corps à des créatures inspirées à la fois de Jérôme Bosch, de Dante, de l’art africain et de l’art tibétain, par des assemblages de tiges de fer, de bois, de toile de lin et de plâtre. De quoi passer un excellent moment.

Pratique
6, rue Larivey à Troyes. Jusqu’au 18 octobre. Ouvert mercredi de 15 h à 18 h 30, jeudi, vendredi, samedi, de 14 h à 18 h 30, dimanche de 10 h à 13 h. Entrée libre.

Auteur : Lionel REYNIER
Article paru dans l’Est-Eclair le : 13 septembre 2009

Sept semaines, sept artistes : c’est la rentrée à

C’est la rentrée de l’Arrivage avec un nouveau cycle d’expositions, « 7 artistes pendant 7 semaines », qui reprend son cours dès vendredi soir

VENDREDI. L’été « spécial » de l’Arrivage, – plus de 2 000 visiteurs ont franchi le seuil de la galerie associative du centre-ville pour découvrir les œuvres d’une vingtaine d’artistes -, se termine à peine, que le cycle annuel d’expositions « 7 artistes pendant 7 semaines » reprend son cours, dès demain soir.
L’affiche de cette exposition de rentrée confirme la poursuite des choix du comité de sélection, qui s’attache depuis ses débuts à associer valeurs sûres et talents émergents, des artistes originaires de l’Aube et d’ailleurs, représentatifs de la création contemporaine dans toute sa diversité.
La peinture sera colorée et tribale avec les toiles du Troyen Jacob Diboum, également musicien et danseur professionnel, analytique et paysagère dans le travail actuel de Marie-France Hurbault, originaire du Loiret, graphique et vibrante à travers les œuvres de Simone Francq, native du département.

Voyage sur la « planète mode »

Le travail de deux sculpteurs proposera des approches du volume et de la matière présentant des correspondances entre deux univers d’apparence éloignés. Née à Bar-sur-Seine, Laurence Simode Franzon utilise la terre brute, qu’elle élève en

strates figuratives, pour exprimer ses émotions et sentiments. Quant à Daniel Faivre, il imagine de facétieux et incongrus assemblages de bois, de fer, de toile, de plâtre, donnant vie à d’improbables personnages.
Sculpteur à ses débuts, Frédéric Garnier a élargi son domaine de création à l’art plastique. Il propose des installations, des vidéos, des sons, des photographies, ainsi que des pièces plus « traditionnelles » sur le thème de l’homme et de son identité profonde, de son évolution et de son fantasme d’immortalité.
Enfin, installé en région parisienne, le Troyen d’origine Éric Martin, après avoir fait du rock pendant des années, présente aujourd’hui son travail photographique. Mélange d’agressivité et d’esthétique, de lumière violente et d’esprit fashion, sa galerie de personnages est un voyage sur la « planète mode », tendance cuir et accessoire.

Pratique :
Vernissage du 8e Arrivage, vendredi 4 septembre à partir de 18 h 30.
L’Arrivage, 6 rue Larivey, Troyes.
Entrée libre.
Auteur : Éric MILLET
Article paru dans l’Est Eclair le : 3 septembre 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *